Meha, le temple d'Abou Simbel, dédié à Horus et Ramsès

A l'extérieur

Le pylône se trouve à droite en regardant la façade du temple de Meha, donc entre le petit temple et le grand temple. 

Les stèles

Une stèle à gauche du temple : Ramsès II devant Thot, Rê-Horakhty et Shepès (ou Chepes), "le noble d'Hermopolis". En dessous est agenouillé  Setaou, vice roi de Koush. 

 

Pour plus d'informations sur Chepes, voir la vallée des reines.

Un détail d'une autre stèle, datant de Siptah, nous présente Seth et Astarté. 

La façade

La façade ressemble à un pylône, avec deux moles encadrant l'ouverture. Les Egyptiens ont même poussé le détail jusqu'à sculpter une sorte de bourrelet et une corniche pour que la similitude soit plus frappante. 

Les 2 temples d'Abou Simbel ont été reconstruits 60 mètres plus haut et plus à l'Ouest qu'à l'origine.

 


A gauche, Ramsès, ce colosse au sourire si doux. 
Son collègue à coté est tombé lors d'un tremblement de terre, du vivant de Ramsès. 
En haut, une frise de cynocéphales acclamant le soleil levant.

 

Ramsès, représenté 2 fois, offre Maat au dieu Rê. Rê tient le sceptre Ouser à la main. Ouser Maat Rê...

Un autre exemple d'écriture cryptographique, sur le montant gauche du porche d'entrée. Encore Ouser Maat Rê...
Nefertari, aux pieds de son époux.

 
 
 

Le grand temple, pendant le spectacle Sons et Lumières.
 
 
 
 

 


2 Hapy lient le Sema Taouy : L'inondation est donc garante de l'unité du pays. 
Or maintenir l'unité du pays, c'est le rôle de pharaon dont le cartouche surplombe la scène.
 
 

 

La salle-cour (ou grande salle hypostyle, ou grand hall)

Le couple royal devant ...

 

... la barque d'Amon-Rê.

 
 

Sur le mur en face, même représentation du couple royal...
 

 

... devant la barque de Rê-Horakhty : La proue représente une tête de faucon. 
Sauf qu'en regardant de plus près...
... les hiéroglyphes attribuent la barque à Ramsès II et non pas à Rê !
En "décolorant" un peu.
Ramsès sur son char. Le lion gambadant à ses cotés est moins un animal apprivoisé (peu vraisemblable) qu'un symbole solaire.
Ramsès piétine un ennemi et en massacre un autre.
Sur un pilier, Ramsès encense un curieux faucon portant un croissant lunaire.
De plus près, ce faucon s'avère aussi avoir une corne de bélier. Et surtout, l'inscription au dessus de lui l'identifie à Ramsès. 
D'un seul coup d'un seul, voici donc Ramsès assimilé à Rê (ou Horus), Amon et Thot.
On retrouve ce même Ramsès faucon sur un autre pilier, avec Anouket.
Le roi offre des fleurs à la triade Amon-Mout-Ramsès en dieu fils Khonsou.


Non loin de là, Ramsès figure dans une autre triade avec Rê et Sekhmet.

Il porte une corne de bélier, représentative de la partie amonienne de la fonction royale.

Ce qui est particulièrement interessant, c'est le "repentir", la retouche qui a permis de rajouter Ramsès...
... dans ce qui était au départ un couple divin.

 
 
 

Offrande de Maat à Onouris-Shou, le fils de Rê.
 

Sous le trone de Ramsès est représentée sa garde personnelle. 
Ce sont des mercenaires étrangers, des chardanes, reconnaissables à leur coiffe en forme de boule.
Ils font partie des "peuples de la mer" et sont les ancêtres des Sardes (Sardaigne).

Offrande d'encens à Merymoutef et Ip.
Merymoutef est un dieu peu documenté, parfois considéré comme un enfant de Geb et Nout. Quand il est représenté avec une tête de bélier, il est alors accompagné de Ip ou Ipouy, qui semble être une forme particulière d'Hathor.
Offrande de Méret (les 4 coffres de vêtements ou de reliques) à Amon. 
De l'encens pour Ptah.
Massacre des ennemis.
 

 

Le roi est représenté sur une corbeille, en face de l'arbre Ished.
Un dieu à tête de faucon lui offre des jubilés.
Thot prend note.

Amon est représenté dans la colline considérée comme son sanctuaire, à Napata.
Devant cette colline se dresse un éperon rocheux dont la forme naturelle évoque un serpent. 
Des pharaons y ont effectué des travaux pour accentuer cette ressemblance avec un cobra dressé.
Sur la scène représentée ici, le cobra passe sous le trone du dieu.
Ce cobra peut servir à symboliser le mouvement, comme la barque : Le Nil transporte l'esprit d'Amon, le "caché". Encore une nouvelle façon de faire allusion à l'inondation.
Offrande de laitues à Amon-Min-Kamoutef.

Encore des laitues.

 

Ramsès sur son char, avec ses 2 arcs et ses 3 bras.
 

La ville va être prise, les ennemis se rendent.

Au bas de la butte, un berger rentre son troupeau. En pleine bataille, étrange...
Offrandes des vases Nou à un dieu à tête de crocodile. Facile, c'est Sobek ! Mais les hiéroglyphes disent Amon...

Encore une fois, Ramsès s'est subrepticement glissé au beau milieu d'un couple divin.

Dans une triade, la place du milieu est celle du fils.
Mais Ramsès est pourtant représenté adulte?
C'est la fonction monarchique qui est enfant des dieux. Ramsès en est temporairement le titulaire.

Dans ce grand hall, Belzoni a trouvé plusieurs statues, aujourd'hui au British Museum.
On peut citer ces 2 sphinx, une statue stélophore du vizir Paser (en charge des restaurations après le tremblement de terre qui brisa un des colosses de la façade)...
...et ce babouin Hamadryas.

Les réserves

La salle-cour donne sur de nombreuses salles dites "réserves" dans lesquelles des scènes d'offrandes sont représentées.
Offrande de la Shebèt (parfois faussement appelée "clepsydre") à Ptah.
Des fleurs pour Amon-Rê, représenté avec une tête de bélier.
Je me demande s'il ne s'agit pas en fait d'Amon-Rê-Ramsès...
Offrandes à l'Horus de Baki.
Consécration des 4 veaux à Khnoum.
Des onguents pour Montou, maître d'Ermant.

 

Ramsès offre les vases à vin Nou à Ramsès déifié.

Mégalomanie ? Non, cette scène représente une offrande du détenteur provisoire de la royauté à la fonction royale elle-même, dans toute sa permanence.
 

Un vase de libation pour Ramsès II déifié, peut-être sous la forme de l'Horus de Meha : Les 3 scènes qui suivent sur le même mur sont des adorations des Horus de Miam, Baki et Bouhen.

Le sanctuaire

Mur de gauche. Le roi se tient devant la barque d'Amon, ornée d'une tête de bélier.
D'après les conventions de représentation égyptienne, la statue qui est en réalité dans la barque est représentée à l'extérieur de celle-ci afin de pouvoir être identifiée.
Ici, Ramsès II oint la statue d'Amon-Min. 
Un agrandissement. Le roi oint Amon-Min. Et alors direz-vous ? Passons sur le mur opposé...

Mur de droite. Le roi se tient devant la barque de Rê-Horakhty. D'après les mêmes conventions, on doit donc retrouver
 Rê-Horakhty en face de Ramsès.

La tête de faucon de la barque de Rê-Horakhty, Ramsès et devant lui ... un autre Ramsès. 
L'assimilation de Ramsès II à Rê-Horakhty est donc complète.

Le roi cherche ainsi à renforcer son rôle d'intermédiaire indispensable entre les dieux et les hommes.

Voici le fond du sanctuaire, avec les 4 statues de Ptah, Amon, Ramsès II et Rê-Horakhty. Photographie prise en fin d'après-midi, les rayons du soleil (à ce jour et à cette heure) sont sur Amon.
Ptah reste toujours dans l'ombre car il représente les forces telluriques invisibles.

Une chapelle

Un petit saut jusqu'à Assouan, au musée de Nubie.
Petit naos contenant...
...un énorme scarabée solaire. 
Un babouin lunaire, Thot.
Un obélisque.
A l'extérieur du musée se trouve aussi un petit obélisque, le jumeau de l'autre.
Il est ici encadré par des hamadryas.
Tout ce petit monde provient d'Abou Simbel, chapelle de Rê-Horakhty (non visitable) et avait d'abord échoué au musée du Caire, lors du déplacement des temples de Nubie.
 
Notez que la disposition au musée de Nubie ne correspond pas à celle d'origine.   Initialement :
- Les hamadryas étaient situés sur un autel (resté à Abou Simbel).
- Les 2 obélisques encadraient l'autel.
- Le babouin et le scarabée étaient tous les deux à l'intérieur du naos, sur un second autel (resté sur place aussi).
 
C'est sur cette photo de nuit, mélangeant lune et soleil que nous quittons le grand temple d'Abou Simbel.

 
 
Copyright Alain Guilleux. Les textes et photographies présents sur ce site sont la propriété exclusive de leur auteur.
Aucun texte ou photographie ne peut être reproduit, modifié, diffusé sans autorisation préalable.
Toute fraude ou abus sera facturé avec majoration, conformément aux mentions légales et conditions générales de vente.