Trésors engloutis d'Egypte

Trésors engloutis d'Egypte (ou bien Egypte, trésors engloutis) est le nom d'une exposition présentant les trouvailles sous-marines de l'équipe de Franck Goddio.
Dates et lieux :
- Berlin, Martin-Gropius-Bau, du 13 mai 2006 au 4 septembre 2006.
- Paris, Grand Palais, du 10 décembre 2006 au 14 mars 2007.
- Puis Bonn et d'autres....

Les quelques 500 (!!) objets de cette très riche exposition sont dans leur immense majorité présentés au public pour la première fois.

Quelques-uns pourtant étaient déjà visibles auparavant dans divers lieux d'Alexandrie : je vous en présente une petite vingtaine.
Ces photographies ont été prises au musée national d'Alexandrie et au musée archéologique de la nouvelle bibliothèque d'Alexandrie en Novembre 2005.

 

Je précise que cette page web est tout à fait personnelle : les erreurs qui pourraient s'y trouver seraient donc de ma seule responsabilité.
 

Musée national d'Alexandrie

 

 

Tête d'un pharaon, trouvée à Aboukir. Aboukir est le nom actuel de l'antique cité d'Heraklion/Canope.

 

Au musée national, l'exposition de ces antiquités submergées est habillée de grands posters subaquatiques, avec une lumière bleutée reproduisant bien l'environnement rencontré en plongée.

 

 

 

La fameuse stèle retrouvée à Aboukir.
Elle est en granite noir et date de Nectanebo 1 (380-362).
C'est une copie de la stèle de Naucratis (trouvée en 1899).

La stèle de Naucratis présente un decret que le roi prit lors d'une visite à Sais, la ville de Neith.

Le roi instaura une taxe sur les produits échangés via le comptoir grec de Naucratis.

Sachant que ces produits transitaient par Thonis/Héraklion (via la branche canopique du Nil), il n'est pas étonnant qu'une stèle similaire y ait été érigée.

Nectanebo offre un collier et des vases à la déesse Neith.  

Une autre tête de pharaon.

 

                     

 

Statue en granit, fin de la période ptolémaique, provenant d'Aboukir.

Elle a été trouvée par le Conseil Suprème des Antiquités (SCA en Anglais) et l'Institut Européen d'Archéologie Sous-Marine (IEASM), en mai 2001.

La statue représente une femme, portant une robe typique de la période ptolémaique.


La robe est tenue par un noeud au milieu de la poitrine.

La statue porte un diadème hellenistique avec un cobra au centre, au dessous duquel les cheveux tombent en bouclettes. L'uraeus donne à penser qu'il s'agit d'une reine, Cléopatre 2 ou 3.

Elle serait représentée en déesse Isis.

Anecdote : dans l'exposition parisienne, le socle est nettement décalé par rapport au reste de la statue.

Sphinx ptolémaique, peut-être Ptolémée XII.

Un autre. 

Ils proviennent d'"Eastern Harbour", le port Est d'Alexandrie, correspondant aux quartiers royaux antiques (ile d'Antirhodos).

                     

 

Un homme en toge, trouvé au même endroit. Probablement un prêtre.

Il porte ce que je crois être un Osiris-canope, tellement sacré qu'il ne le tient pas à mains nues mais l'enveloppe de sa toge.

Voici un autre Osiris-canope, lui aussi trouvé lors de fouilles sous-marines.

Il s'agit ici du vrai "vase canope", censé avoir contenu les morceaux d'Osiris rassemblés par Isis. Cette forme spécifique d'Osiris faisait l'objet d'un culte à ... Canope, d'où le nom du vase.

Ce sont les égyptologues moderners qui ont réutilisé ce terme dans le contexte (pourtant différent) des vases contenant les viscères du défunt.

D'un peu plus près, vous distinguez (peut-être) su disque ailé, un scarabée ailé, des babouins adorateurs du soleil et des enfants (Harpocrate ?).

Femme enceinte portant un enfant (ou un nain) exhibant un gros phallus.

 

Bruleur à encens, style grec archaique, 6ème siècle avant Jesus-Christ.

Ou bien 4ème siècle, tout dépend des sources.

Trouvé à Hérakleion.

Feuilles d'or provenant d'Héracléion. Une cache ?

Musée archéologique de la nouvelle bibliothèque d'Alexandrie

 

 

Tête royale portant le Nemes, avec de légers restes d'uraeus.

 

Elle date de la fin de l'époque ptolémaique, ou du début de la période romaine (étiquette du musée). Elle pourrait représenter Césarion.

Elle a été trouvée à "Eastern Harbour".

 

Des boucles de cheveux dépassent du nemes.

Un ibis, bien abimé par son séjour dans l'eau.
L'autre côté est plus joli.

Lui aussi a une cavité, au sommet du cou cette fois, probablement pour fixer une tête faite dans un matériau différent.

Eastern harbour.

Tête de femme, corrodée par l'eau et le temps.

Seule la chevelure à petites boucles a bien résisté.

Peut-être Antonia Minor.

Marbre blanc. Fond de la baie d'Eastern harbour.  

Tête royale portant une coiffure avec un uraeus, quartzite, Aboukir.

Dans l'exposition, elle est datée de la 25ème dynastie. Un peu étonnant...

 

Le nez est cassé et le cou est manquant.

Joli petit sourire esquissé.

Tête royale portant une coiffure avec un uraeus.

Les experts la datent de la 26ème dynastie, sur des critères stylistiques.

Les yeux étaient incrustés.

Basalte noir, Abukir (ou Aboukir, comme vous voulez). 

Statue féminine sans tête, dans une ancienne posture égyptienne : en marche, le pied gauche avancé.

Elle porte une robe légère qui accentue plus qu'elle ne cache la beauté des formes. Ce style "drap mouillé" est typiquement grec. La statue est donc un superbe mélange des 2 civilisations.

La robe est tenue par un noeud sur l'épaule droite. Le bras droit est collé le long du corps.

Basalte noir, port d'Aboukir, juin 2000.  

Il pourrait s'agir de la déesse Isis, ou d'une reine représentée en Isis, ou d'une reine représentée en prêtresse d'Isis-Aphrodite. Peut-être Arsinoe 2 puisque c'est son mari Ptolémée 2 qui a introduit le culte d'Isis-Aphrodite.

Cette tête royale a un trou à l'arrière, probablement pour être fixée sur un pilier ou un support. La quadruple boucle de l'uraeus milite pour un Nectanébo 2, dixit l'étiquette de l'expo.

Granite noir avec des veines rouges, Abukir. 

Serapis.

Un trou au sommet de la tête sert à fixer le kalathos, qui est d'ailleurs présent dans l'expo parisienne !

Les yeux étaient incrustés.

Les 5 boucles de cheveux caractéristiques de Serapis manquent en grande partie.

Marbre blanc, Abukir.  

Stèle rectangulaire, Isis-Thermoutis est représentée sous la forme d'un uraeus dressé sur sa queue.

Elle porte un disque solaire et 2 cornes.

Marbre blanc, fond de la baie d'Aboukir.  

Un autre Serapis, au visage complet mais usé par l'eau.

Les 5 boucles n'ont laissé que des traces.

Là aussi, un trou au sommet pour fixer le kalathos.

Il y a un autre trou dans le cou, peut-être pour fixer la tête sur un pilier ou un autre support.

Aboukir.  

 

Pour voir mes autres photographies d'Alexandrie, suivez ce lien : Alexandrie.



 
 
Copyright Alain Guilleux. Les textes et photographies présents sur ce site sont la propriété exclusive de leur auteur.
Aucun texte ou photographie ne peut être reproduit, modifié, diffusé sans autorisation préalable.
Toute fraude ou abus sera facturé avec majoration, conformément aux mentions légales et conditions générales de vente.