Nécropole de Qila el Dabba et ville d'Ain Asil, Dakhla

Près du village de Balat se trouve une nécropole de l'Ancien Empire, à Qila el Dabba. 
Le site a été découvert par Ahmed Fakhry et est toujours fouillé par l'IFAO, dont voici l'installation.
5 mastabas sont visibles.
Ils appartiennent à des gouverneurs de l'oasis.

Un des titres du gouverneur est "chef des bateaux", en plein désert...

La structure en pierres est totalement recouverte de briques crues.
Un des mastabas a été "creusé" pour expliquer le mode de construction.
Le caveau est donc maintenant visible au fond d'un grand puits moderne.
Pensons au travail réalisé par les ouvriers de l'antiquité, sans engins motorisés, pour réaliser l'opération !
Chasse à l'hippopotame.
Rameurs sur une barque.
Frise de khekherou et hiéroglyphes.
Personnages de face.
Ce sont la plupart du temps des représentations d'ennemis.
Khentika assis sur un siège dont les pieds sont en forme de pattes de lion.
Un chien est assis sous la chaise.
Sa femme (?) respire un lotus, narcotique léger et invitation à l'amour, prélude à la régéneration du défunt.
Le maitre des lieux...
...reçoit un hommage.
"hotep di nysout", offrande que donne le roi.
Un autre portrait.
Au-dessus de la porte d'entrée, voyage en barque.
Pélerinage à Abydos
Il me semble que les premiers exemples connus remontent seulement au Moyen Empire.
La chapelle a été déplacée pour laisser place au puits.
On voit bien la structure en pierres recouverte de briques.
Il n'existe aucune trace de peinture, ni même d'appret.
Peut-être est-ce seulement l'entrée, non décorée, de la chapelle.
Non loin de là, Ain Asil.
Peut-être une ville, peut-être seulement le palais du gouverneur et ses dépendances. 
L'endroit a été incendié à la fin de l'Ancien Empire et n'a pas été réutilisé ultérieurement.
Une petite chapelle (?) avec une voûte dite nubienne.
Les briques sont empilées en biais en s'appuyant sur un mur vertical.
Cela a un petit air de turbine...

Le linteau.
Le motif est répêté, avec les hiéroglyphes partant du milieu, une fois à gauche, une fois à droite. 

Il s'agit peut-être de la chapelle appelée "Hout ka", de Medou Nefer, "chef d'équipage, gouverneur des oasis, chef des prêtres, pensionné auprès du grand dieu".

Comme je n'ai fait que feuilleter rapidement le livre, je n'en suis pas certain.

Références


"Porter and Moss" numéro 7.

Polycopié vendu au musée de Khargha et abordant les oasis de Khargha et Dakhla.

La chapelle "Hout Ka" de Medou Nefer est décrite dans "Les oasis d'Egypte dans l'Antiquité Des origines au deuxième millénaire avant J.-C" de Michel Vallogia.


 
 
Copyright Alain Guilleux. Les textes et photographies présents sur ce site sont la propriété exclusive de leur auteur.
Aucun texte ou photographie ne peut être reproduit, modifié, diffusé sans autorisation préalable.
Toute fraude ou abus sera facturé avec majoration, conformément aux mentions légales et conditions générales de vente.