Schallaburg, l'exposition sur les pyramides

Schallaburg, à côté de l'abbaye de Melk, est un château de style Renaissance qui s'est spécialisé dans l'organisation d'expositions.

Les pyramides étaient à l'honneur à l'été 2004, alors que je visitais l'Autriche.

Je suis tombé par hasard sur une affiche en sortant de l'abbaye de Melk. Le lendemain matin, j'étais en Egypte...

 
 

Les photographies prises dans les musées ont pour but de montrer la qualité des collections.
Il ne s'agit en aucun cas d'être exhaustif !

J'espère que ces présentations virtuelles
vous inciteront à faire des visites réelles.

 
 

Die Pyramiden Ägyptens, Monumente der Ewigkeit.
"Les pyramides d'Egypte, monuments d'éternité"

Le château possède de superbes arcades italiennes du 16e siècle, couvertes de bas-reliefs en terre cuite.

 

 

 

Tête de lion, ancien empire (Berlin), en albatre.

En fait, c'est probablement une tête de lionne.

Les pieds et le dossier de certains meubles en bois arboraient parfois des têtes d'animaux protecteurs (lionne, vache, hippopotame), en liaison avec des déesses comme Sekhmet, Hathor, Taouret.

Idem ici, sur un meuble en pierre utilisé dans le processus de momification.

La "dame de Bruxelles", 3ème dynastie (Bruxelles évidemment).

Calcaire, provenance inconnue.

Le catalogue de l'exposition précise que la datation est faite sur des critères stylistiques : longue robe, col en V, lourde perruque font penser à la statue de Nesa au Louvre, contemporaine de Djeser.

 

Le scribe Setka. On a retrouvé un papyrus expliquant qu'il est le fils ainé de Djedefre.

Abou Roach, temple mortuaire de Djedefre (Louvre).

La statue s'emboite normalement dans un piedestal en calcaire.

 

 

Tête d'homme, 4ème dynastie (Munich), en granodiorite.

La sculpture s'éloigne de la stylisation abstraite pour présenter un portrait vivant et personnalisé (bouche en avant).

Une statue en sycomore de la 6ème dynastie. Musée d'Hildesheim.

 

 

Elle était constituée de plusieurs parties dont certaines n'ont pas été retrouvées.

La posture du morceau restant laisse penser qu'il s'agissait d'une statue debout.

 

Et encore la même dynastie et le même musée pour ce récipient en albatre, en forme de canard troussé.

 

 

Double effet pour le défunt : le contenu du récipient mais aussi, par magie, la viande de canard.

Cet instrument en forme de queue de poisson s'appelle "peseschkaf".

Il était utilisé pour le rite d'ouverture de la bouche.

6ème dynastie (Vienne).

 

 

Sphinx d'Amenemhat 3, en calcaire (Münich).
Sa provenance est inconnue.

La partie humaine du sphinx est réduite au visage : oreilles et barbes sont léonines. En allemand, cela s'appelle un "Mähnensphinx", ce que je n'ai pas réussi à traduire.

Amenhemat 3 n'en a pas l'exclusivité mais il est celui qui en a le plus fabriqué. Voir par exemple au musée du Caire.

Le même Amenemhat 3 (Louvre), en grauwacke.

 

 

La stèle de Paha, calcaire, 18ème dynastie, du rêgne d'Amenhotep 3 probablement (Vienne).

Elle reprend la forme d'un pyramidion.

 

Libation et offrandes de lotus.

Cartouches de Seti 1 (Vienne). Calcaire peint, provenance inconnue.

Tell el Yahudiyeh ("la colline des Juifs"), palais de Ramsès 3, faiences représentant les ennemis traditionnels de l'Egypte (Vienne).

Probablement des ornements de parois.

Syrien, avec son chapeau sur la tête.
Le haut de son vêtement est recouvert de motifs de plantes.

 

Bédouin de Syrie, reconnaissable à la couleur de sa peau et à ses cheveux tenus par un bandeau.

Nubien.

 

Une petite série sur le royaume de Meroe.

Maât (ou Isis?) et Anubis, rêgne de Tamelordeamani, vers +250 (Berlin).

Ces tables d'offrandes ont la forme du signe HOTEP.

Contrairement aux stèles égyptiennes, les stèles méroitiques montrent aussi les offrants. Les dieux choisis sont ceux qui s'occupent d'Osiris, auquel le défunt s'identifie.

 

 

Stèle en grès du prince Taktidamani, 2ème siècle avant Jesus-Christ (Berlin).

On n'a retrouvé aucune stèle de roi de ce genre à Meroe.

Même les stèles de prince sont rarissimes.

 

 

Le prince tient une palme et un lotus.

 

Grès de la chapelle d'Amanitenmomide, provenant de Meroe même, 1er siècle après Jesus-Christ. C'est une réplique.

Le roi reprend une représentation typique d'Osiris, protégé par Isis.
Il est assis sur un trône en forme de lion.
Un prêtre, peu visible ici, se tient en face d'Amanitenmomide et l'encense.

 

 

Les cartouches du roi.

 

Références

Kunsthistorisches Museum Vienna Guide.
Catalogue de l'exposition de Schallaburg "Die Pyramiden Ägyptens, Monumente der Ewigkeit".

 
 
Copyright Alain Guilleux. Les textes et photographies présents sur ce site sont la propriété exclusive de leur auteur.
Aucun texte ou photographie ne peut être reproduit, modifié, diffusé sans autorisation préalable.
Toute fraude ou abus sera facturé avec majoration, conformément aux mentions légales et conditions générales de vente.