Le temple de Kalabsha

Le soleil ailé et ses uraeus, au dessus du porche d'entrée. 
Revers du pylone, le pharaon offre une statuette représentant un jeune garçon ou un jeune dieu. 
Il est suivi par un dieu Nil et une déesse des champs (sekhet-hetep?) qui offrent respectivement de l'eau et des champs. Logique non ?
Façade de la salle hypostyle, texte en méroitique de Kharamadeye, roi des Blemmyes.
Scène de "purification" du roi par Horus et Thot d'Hermopolis (Khemenou, la ville des 8). 
Sans garantie, Horus pourrait être "Behedety, le grand dieu, le maître du ciel, le maître d'Edfou". 
La scène se déroule sous l'oeil bienveillant d'une autre forme d'Horus, Harsiesis (Horus fils d'Isis), le grand dieu.
Le nom du pharaon n'est pas marqué dans les cartouches mais est remplacé par la formule générique "Per Aa".
Il tient un faucon sur la main. 
Je lui trouve un petit air médiéval. 
D'après Porter and Moss, il s'appelle Renruy ... et je ne sais absolument pas de qui il s'agit !
Graffiti. 
Pour certains, le cavalier est Saint-Georges terrassant le dragon. 
Pour d'autres, Silko, le roi chrétien des Nobades, le vainqueur des Blemmyes.
En tous les cas, il est couronné par un ange. 
Le roi offre des vêtements à Mandoulis le jeune et à une déesse solaire, peut-être Hathor.
Le ba de Mandoulis, coiffé de la perruque courte Ibès, du bandeau Seshed et de la couronne Hemhem.
Le ba de Mandoulis se tient sur un cobra, lui-même dressé sur un Sema-Taouy, le tout sur fond de lotus. 
Le cobra sur le Sema Taouy symbolise le retour de l'inondation. 
Ce retour, au jour de l'an, permet la renaissance du dieu solaire (buisson de lotus et couronne hemhem).

Sanctuaire

Offrande de miroirs à Isis et Hathor. 
Lion coutelier.
Entre Montou-Rê-Harakhti et Mandoulis figure une déesse que le Porter and Moss appelle "Thenent". 
Il s'agit peut-être de Tjénenèt, une des parèdres de Montou, bien que les hiéroglyphes ne correspondent pas complètement et que l'allure de la déesse ne corresponde pas du tout !
Offrande de guirlandes. 

Murs extérieurs

Derrière le sanctuaire, le roi (à droite) fait une offrande à Mandoulis. 
Le roi est éventé par un grand faucon solaire.
Sa couronne est représentée de face, ce qui est rarissime.
Des serpents portant les couronnes tutélaires volettent autour de Mandoulis.
Le ba de Mandoulis, représenté deux fois. Comme dans une photographie précédente, celui de droite a les pattes posées sur un uraeus.
Le roi offre les champs à Mandoulis et à 2 dieux non identifiés. 
Graffiti représentant un uraeus, l'oiseau ba de Mandoulis et Isis.
Isis et Horus sont encensés par un roi qui se trouve sur la photographie suivante...
... Voici le roi. 
La couronne, le collier et le devanteau valent le déplacement.

La chapelle de Dedoun

Voici le mammisi ou "chapelle de Dedoun". 
Le temple de Kalabsha était à l'origine ceinturé par un mur, formant un grand rectangle, dans la continuation des 2 moles du pylone.
Dans cette grande enceinte se trouvaient plusieurs chapelles dont celle de Dedoun. 
Il ne reste rien (ou presque) de ce mur, le lien entre ce mamisii et le temple principal ne saute donc pas aux yeux dans l'aménagement actuel.

Musée en plein air

Le SCA a récemment regroupé des pièces qui étaient disséminées dans l'ile.
Ce regroupement constitue, avec le temple de Gerf Hussein, les débuts d'un musée en plein air.
Gravures rupestres, ancien empire. Antilopes ou gazelles ?
Un éléphant moucheté ?
Un autre éléphant.
Stèle de la victoire de Sethi I. 
Je ne connais pas sa provenance. 

Ailleurs

Statues inachevées trouvées à Kalabsha. Elles sont au musée égyptien de Munich.

 
 
Copyright Alain Guilleux. Les textes et photographies présents sur ce site sont la propriété exclusive de leur auteur.
Aucun texte ou photographie ne peut être reproduit, modifié, diffusé sans autorisation préalable.
Toute fraude ou abus sera facturé avec majoration, conformément aux mentions légales et conditions générales de vente.