La nécropole de Meir

La ville de Cusae ("Kusiyeh" en arabe), chef-lieu du quatorzième nome, avait 2 nécropoles : "Koçeir el Amarna" et "Meir" (noms modernes).
 
Meir est surtout connue pour ses tombes de l'Ancien Empire et du Moyen Empire, construites à flanc de colline.
 

 
Harpiste aveugle (tombe D1, de Pepi, Ancien Empire).
Cusae s'appelait "Kis" en Egyptien antique et s'écrivait de 2 manières.
Un homme tenant 2 panthères par le cou. Je vous l'accorde, pour les panthères, faut le savoir !
Un homme debout sur 2 girafes et les tenant par le cou.
Les principales fouilles ont été menées par Seid Bey Khashabeh (Saïd Bey Chaschaba) dans les années 1910, puis par Ayward M. Blackman sur la période 1912-1950.
 
C'est à Blackman qu'on doit la codification des tombes, ce qui s'avère extrêmement utile puisque les nomarques du Moyen Empire portaient tous les mêmes noms : soit Oukhhotep, soit Senbi !
 
Khashabeh a vendu ce qui lui revenait dans le partage de ses fouilles. Ces objets se retrouvent en particulier dans les grands musées des Etats-Unis.
En voici quelques exemples provenant du Metropolitan Museum de New York.
L'intendant Senbi et un autre officiel anonyme.
Cette statuette de Senbi est considérée comme une oeuvre majeure de la collection égyptologique du Met.
C'est un "simple" intendant, pas un des nomarques homonymes possesseurs d'une grande tombe.
Une maquette représentant des scènes de boulangerie, boucherie, brasserie.
La salle 9 du Met, consacrée à Meir au Moyen Empire.
Coffret d'Ankhef, contenant des maquettes d'outils.
Statue d'un Senbi (encore), scribe des archives royales.
Statue de Merer. Elle fait partie d'un lot de 4, chacune ayant des hiéroglyphes sur le pagne.
Modèle de bouclier, la peinture imitant la peau d'un animal.
Carquois.
Des petits sceptres, symboles de hautes fonctions.
2 barques...
...funéraires appartenant à un certain Oukhhotep.
 
La présence de voiles alors que ces barques sont normalement remorquées, la présence de 2 momies ...
...et l'absence des marins sont des indices d'une recomposition moderne.
Peau de léopard.
2 officiantes reprennent les rôles d'Isis et Nephthys.
Le barreur ?
Ce prêtre semble tenir une grande cuillère !
Le petit renflement ramène à la réalité : un encensoir.
La momie d'Oukhhotep (encore et toujours). Celui-ci est fils de Hedjpu, chef du trésor.
Son cercueil.
L'intendant Khnoumhotep.
Au milieu de la salle, le cercueil de Khnoumnakht...
... avec une jolie déesse sur le côté.
Un détour par le musée national de Varsovie : un fragment de cercueil d'un certain ... Oukhhotep !
Retour au MET : la nécropole de Meir n'a pas été désertée à la fin du Moyen Empire.
Elle a aussi livré du matériel aux époques tardives.
 
Un masque funéraire, d'époque romaine.
La guirlande aux bijoux est remarquable.
Voici Artemidora.
Remarquez la perruque...
 
... et les scènes devant assurer sa survie dans l'au-delà.

Références


"The Rock Tombs of Meir" d'Ayward M. Blackman.
"Porter and Moss" numéro 4.
"Chests of life", Harco Willems, mémoires de la Société d'Etudes Orientales "Ex Oriente Lux".
"Bestiaire des pharaons", Pascal Vernus et Jean Yoyotte, éditions Perrin.
Site Web Osirisnet sur les tombes et mastabas (voir  Mes sites préférés) , pour les Ihyou.
"Nouveau dictionnaire de mythologie égyptienne", d'Isabelle Franco.
 
Merci à Sebastien Polet pour son aide précieuse :
S. POLET, "La nécropole de l’Ancien Empire à Meir".
S. POLET, "Pepy-ankh Heny le noir de Meir (tombe A2) a-t-il usurpé le titre de vizir ?", dans Res Antiquae, t. VIII, 2011.
S. POLET, "Généalogie et chronologie chez les nobles de Meir et de Koçeir à l’Ancien Empire", dans Studi di Egittologia e di papirologia, t. 5, 2008.

 
 
Copyright Alain Guilleux. Les textes et photographies présents sur ce site sont la propriété exclusive de leur auteur.
Aucun texte ou photographie ne peut être reproduit, modifié, diffusé sans autorisation préalable.
Toute fraude ou abus sera facturé avec majoration, conformément aux mentions légales et conditions générales de vente.