Musée du Caire : les premières dynasties

Période prédynastique, palette de Narmer, trouvée à Abydos.

En haut, les têtes de vache sont l'enseigne de Bat, une divinité rapidement assimilée par Hathor.
Le mot Narmer est écrit dans un serekh.

Un faucon (Horus ?) fait un mauvais sort à un ennemi dont les cheveux se confondent avec un fourré de papyrus et le corps ressemble à une brique !

Le roi porte la couronne blanche.
Il s'apprête à frapper un ennemi, geste que les pharaons feront reproduire sur le pylône des temples, jusqu'à l'époque gréco-romaine.

Pour Isabelle Franco, l'ennemi n'est pas un égyptien, il porte une barbe. Cette palette ne célèbre donc PAS la victoire du Nord sur le Sud mais la défaite des bédouins de l'Ouest du delta, les " Tie Henou " qui partiront ensuite dans le désert.

L'autre face. 
Ici le roi porte la couronne rouge.
Les cous des animaux fantastiques créent un creux où du fard pouvait être mis, dans le cas (peu probable) où cette palette aurait réellement servi.

Le musée de Leyde présente une copie de la palette de Narmer.

Ce n'est qu'une copie mais elle est bien plus lisible que l'originale et permet donc de continuer la description.

Narmer est suivi par son serviteur porte-sandales et précédé par divers emblèmes.

Plus à droite, des corps sans tête.

En bas, un taureau piétine un ennemi et détruit les murailles d'une ville.

Narmer est là aussi suivi par son serviteur porte-sandales.

A l'évidence, toutes les caractéristiques de l'ère pharaonique sont déjà en place à cette époque : aspects religieux (Horus, Bat), signes distinctifs dans l'habillement (queue de taureau, couronne), hiérarchie (présence de serviteurs), écriture (hiéroglyphes) et idéologie, pour ne pas dire propagande (le roi terrasse ses ennemis).

Ancien empire. 
La statue de Djeser (moustachu), trouvée dans le serdab près de sa pyramide, à Saqqara.
Il porte le manteau de la fête Sed.
Les hiéroglyphes de l'inscription sont très beaux. 

A l'extérieur du musée, un serekh de Snefrou.
Le roi est (lui aussi) habillé pour la fête sed. 

 

Retour dans le musée.

Le mobilier de la reine Hetepheres (Guizeh), sous un baldaquin.

Un siège dont les accoudoirs sont décorés de motifs floraux.
Lourds bracelets dans une boite. 
Kheops. 
Une si petite statue pour un si grand roi, etc, etc... 
Le nain Seneb et sa famille.
Par un habile artifice, Seneb est à la même hauteur que sa femme.
Sous un autre angle. 
Les cartouches sont ceux de Kheops et Djedefre (aussi appelé Redjedef ou Didoufri).
Derrière le groupe de Seneb se trouve un panneau.
Je me suis d'abord demandé pourquoi ces personnages avaient des cornes. 
Mais en fait, ce sont des calames ! 
L'ancêtre du stylo-billes derrière l'oreille. 
Les oies de Meidoum

Le scribe de Saqqara, dit scribe de Morgan, car trouvé par Jacques de Morgan (merci à Jacques Vanhoorn pour l'information).


Les reflets ne sont pas d'époque.

Un des problèmes de l'agencement du musée : Le scribe et sa vitrine masquent un autre panneau.

Un autre angle. 

Chaque grand musée a son scribe accroupi.
celui-ci peut être comparé à celui du musée du Louvre, par exemple.

Statue en diorite de Khephren. 
Dès ce roi, et probablement déjà dès son prédecesseur Didoufri, la grande statuaire royale est en place.

Le roi, personnage évoqué pour l'eternité, répond à un canon de représentation figé. Pharaon gère le pays et mène les troupes à la victoire : son corps est donc le plus souvent athlétique, son visage est celui d'un homme mur, assez jeune mais pas enfantin, quel que soit son age réel.

Cela n'empêche pas des différences, des évolutions du canon au cours du temps.

Dans la main droite, Khephren tient le mekes. C'est un rouleau de papyrus contenant le "testament des dieux", texte confiant l'Egypte au roi.
Une tricherie, le bras est allongé pour que la main touche le genou.

De côté, on découvre le faucon Horus plaqué derrière la tête de Khephren. 

Le roi est souvent désigné comme l'Horus.
Sa tête est le support du Ka d'Horus. 
D'ailleurs, si on considère les ailes du faucon comme des bras, elles forment le signe Ka. 
A cette époque, le roi est inaccessible, hautain: Horus vient du mot Hor " le lointain".
Il est une sorte de superman, il n'a jamais connu la défaite.

Bien plus tard, à l'époque ptolémaique, le mot Ka pourra s'écrire avec le hiéroglyphe signifiant "nom" : Le nom d'Horus sera donc alors le Ka d'Horus... 

Le roi est assis sur un trône à dossier long qui n'est donc pas trône archaique.
Il s'agit probablement d'un trône en bois, dont on voit d'ailleurs les pieds.
Pieds et accoudoirs évoquent le lion.

Statue de Mitri en scribe.

Elle provient de son mastaba à Saqqara, près du sanctuaire de Djeser.

Mitri était un très haut dignitaire de la fin de la 5ème dynastie et du début de la 6ème.

Une triade de Mykerinos (Guizeh). 
Le roi est entouré d'Hathor et de la représentation d'un nôme.
Il porte la barbe postiche, la couronne blanche et le pagne chendjit (2 plissés sur les cuisses et un petit devanteau).

1 seul cartouche est représenté.
Le visage est lointain.
Mykerinos est reconnaissable car il est assez joufflu, il a une tête ronde et un nez rond.

A gauche, une autre statue de Mykerinos. 
A droite, statue de Kaâper, le "Cheikh el Beled".

 

Une autre photographie de Kaâper. 
La statue a été restaurée. 
Etait-elle bitumée comme celles de la photographie suivante ?
Un couple en bois bitumé. 
Rahotep et Nefret. 
L'état de conservation est remarquable.
Panneau provenant de la tombe d'Hésiré.
De plus près.
Série de personnages effectuant les tâches de tous les jours. 
Pétrir le pain.

Brasser la bière.

Ces personnages, évoqués pour une action et non pas pour l'éternité, bénéficient de plus de liberté dans le traitement.

Est-ce bien le "porteur de Niankhpépi" ?
Une série de rois.
Rarenefer ?
Ouserkaf.
Une série de nobles. 
Sed-en-maât, représenté deux fois.
mer-sen-ankh, lui aussi représenté deux fois. 
Joutes nautiques.
C'est confus, l'un cherche à remonter l'homme tombé à l'eau, d'autres lui appuient dessus avec leurs batons.
Statue de Ty provenant de son mastaba à Saqqara

 
 
Copyright Alain Guilleux. Les textes et photographies présents sur ce site sont la propriété exclusive de leur auteur.
Aucun texte ou photographie ne peut être reproduit, modifié, diffusé sans autorisation préalable.
Toute fraude ou abus sera facturé avec majoration, conformément aux mentions légales et conditions générales de vente.