Les graffitis du Ouadi el Schott

Une bande de sable encadrée par 2 amas de rochers en grès donne l'occasion de faire une véritable ballade hors des sentiers battus ... puisqu'il n'y a pas de sentier :-)

Sur le côté Sud, les rochers sont couverts de graffiti.

 

Deux photos, exemples de fortes concentrations d'inscriptions.

 

 

 

 

Il y en a une bonne dizaine sur chaque, dont celle ci-dessous, dédiée à Antef, grand prêtre dans la maison de l'or, supérieur des sculpteurs.

 

 

Passons à l'inscription la plus connue du Wadi el Schott

A ce niveau de qualité, on ne peut plus parler de graffito. C'est un véritable relief !

 

Montouhotep 2 y est représenté suivi par "la mère du roi, qu'il aime, Iah" et face à 2 hommes.

 

En gros plan, pour le plaisir des yeux....

Ces 2 hommes sont représentés (comme Iah) en taille plus petite que Montouhotep, qui est donc le personnage pré-éminent de la scène.

"Le père du dieu, aimé du dieu, fils de ré, Antef", Antef étant marqué dans un cartouche.

"Le chancelier du roi de Basse Egypte, le trésorier en chef Khety".

Ce relief est important car il contribue (avec d'autres) à l'établissement de la chronologie de la 11ème dynastie : Antef 3 et Iah sont les parents du grand Montouhotep 2.

 

A quelque distance se trouve un autre relief où le même Khety est face à Montouhotep 2 en manteau de fête sed.

 

On peut imaginer que le haut fonctionnaire Khety est le commanditaire direct de ces reliefs.

Changeons de registre avec des représentations animalières, peut-être préhistoriques.

Girafes ?

Un éléphant.

 

 

J'ai dit peut-être, car il ne faut pas écarter l'hypothèse qu'un enfant des alentours ou un touriste les ait inscrits récemment ...

... comme dans le cas de ce roi d'époque très tardive :-(

 

Ce dessin m'évoque un cavalier, même si cela semble complètement anachronique à l'époque préhistorique.

2 cartouches que je ne sais pas décrypter.

Porter et Moss émettent l'hypothèse d'un roi de la première période intermédiaire.

 

Sur ce relief....

... un nom d'Horus, Ouaj, qui pose problème.

Certains le voient à l'époque prédynastique, d'autres à la 13ème dynastie.

Quelques curiosités où seuls des canards sont bien identifiables.

Ceux-là ne m'ont pas trop l'air d'époque...

Revenons à des inscriptions plus facilement datables.

 

Le fils de Rê, Neferhotep, qu'a mis au monde la mère de roi Kemi.

 

Neferhotep 1 est un roi de la 13ème dynastie.

Au beau milieu de la promenade, un beau raidillon !

Monter dans le sable mou, un bon exercice physique...

Après ce raidillon, bien séparé de la plupart des autres reliefs, se trouve une autre inscription connue.

C'est une tablette funéraire qui mentionne Peniati, supérieur des travaux du roi et qui porte les cartouches de Touthmosis III et Hatchepsout.

Visiblement, la pierre a souffert, en bas à droite. Du temps de Petrie, elle était complète...

La qualification d'Hatchepsout laisse penser qu'elle est morte : "la déesse parfaite".

L'inscription aurait donc été réalisée après la mort d'Hatchepsout mais avant que Touthmosis ne décide de faire supprimer son nom.

 

De nouveau Penaati, racontant qu'il a travaillé pour les rois Amenhotep 1, Touthmosis 1 et Touthmosis 2.

 

Belle longévité...

 

Vue sur la "colline aux barques". Vous comprendrez vite pourquoi ce nom.
Et maintenant, vue sur le wadi depuis la colline aux barques. Magnifique, non ?

Voici les barques.

Il y en a des dizaines représentées dans un espace somme toute assez restreint.

Comme sur plusieurs autres sites, certains ont cru malin de souligner les graffiti à la craie.
 
 
 
 
 
Dans celle-ci, un faucon portant couronne. Horus ?
Comme souvent, un emblème représentant un canidé couronné est à l'avant de la barque.
Un babouin lunaire : Thot ?
Sobek ?
Fin de la promenade et descente vers le village de Nag el Hamman, avec un renard des sables, qui n'a pas voulu poser pour la photo.
Une structure géologique étonnante en cette fin de parcours...

... avec ce qui ressemble à de la lave solidifiée.

La région a-t'elle été un jour volcanique ?

Pour ceux qui souhaiteront se plonger dans la documentation, sachez que le lieu est parfois mentionné sous le nom " Shatt el Rigal".

Attention, j'ai montré mes photographies dans un ordre thématique qui ne correspond pas à l'ordre dans lequel vous les rencontrerez sur place.

Je me suis aussi restreint aux graffiti les plus photogéniques, ou les plus historiques. Si vous cherchez quelque chose de précis, contactez-moi...


Références


"Porter and Moss" numéro 5.
"L'Egypte et la vallée du Nil", tome 2, par Claude Vandersleyen.
"A season in Egypt", 1887, William Flinders Petrie.

 
 
Copyright Alain Guilleux. Les textes et photographies présents sur ce site sont la propriété exclusive de leur auteur.
Aucun texte ou photographie ne peut être reproduit, modifié, diffusé sans autorisation préalable.
Toute fraude ou abus sera facturé avec majoration, conformément aux mentions légales et conditions générales de vente.