Saqqara : Le mastaba de Mererouka

Stèle fausse-porte.

Elle se situe aujourd'hui à l'extérieur du mastaba.

Je ne sais pas si elle en fait partie ou s'il s'agit du vestige d'une autre sépulture adjacente : les cartouches sont un mélange de ceux deTeti et Amenemhat 1.

Juste à l'entrée du mastaba, le maitre des lieux dessine le cycle des saisons.
Akhet (inondation), Peret (semailles et germination) et Shemou (récolte et sécheresse).
Salles de Watetkhether (l'épouse).

Le défunt écoute sa femme chanter et jouer de la lyre. 
Pour les Egyptiens, cette scène est d'un érotisme torride.

 

Oryx.

Les subalternes ploient sous la baguette d'un supérieur hiérarchique.

Juste à côté se trouve une scène de bastonnade (non représentée sur cette photo).

Addax. 

 

Un hérisson dans un panier.
Curieuse scène : sculpture ?

Juste à côté, je crois qu'il s'agit du pressage de fruits.

C'est assez acrobatique comme manière de procéder : Les fruits sont mis dans un linge attaché à 2 bâtons.
En écartant les bâtons, on écrase les fruits.

La salle principale, le défunt sort au jour.

De curieuses scènes de jeux:
Le maitre regarde une sorte de procession.

Des plumes, des claquoirs ?

En haut, un homme porte un enfant sur les épaules.

Claquoirs et miroirs.

A droite, une personne semble applaudir et l'autre danser.

Curieuse tentative, gaver des hyènes.

Il s'agit en fait d'une série de scènes.

A gauche, les hyènes sont attachées au sol.

Au centre, on passe une laisse à l'une d'elles, à moins qu'on l'enlève.

La hyène est flattée, comme un bon toutou ?
Juste au dessus des hyènes, que mange l'oryx ? Cela m'évoque un cube de sel, mais c'est peut-être tout simplement une mangeoire.

 
 
Copyright Alain Guilleux. Les textes et photographies présents sur ce site sont la propriété exclusive de leur auteur.
Aucun texte ou photographie ne peut être reproduit, modifié, diffusé sans autorisation préalable.
Toute fraude ou abus sera facturé avec majoration, conformément aux mentions légales et conditions générales de vente.