La tombe de Sennedjem à Deir el Medineh

Le caveau de Sennedjem a la forme d'un rectangle.
La porte d'entrée est située au milieu d'un des grands côtés.
 
Mur en face quand on entre, de gauche à droite.
Sous une tente d'embaumement (Seh-Netjer), Anubis  s'occupe de la momie.
Il pourrait tout aussi bien s'agir d'un prêtre avec un masque d'Anubis, le "supérieur des mystères".
Une scène similaire constitue la vignette centrale du chapitre 151 du Livre des Morts (LdM).

Le lit est décoré avec des motifs léonins, tête, pattes et queue.
On voit ici que la planche verticale que nous prendrions logiquement pour le chevet est en fait du côté des pieds du défunt.
La tête du défunt est du côté de la tête du lion, les Egyptiens ne partaient pas "les pieds devant".

Osiris sur un socle prenant la forme du signe servant à écrire Maât.
Les chapiteaux sont un assemblage d'un lotus blanc, d'un lotus bleu, d'un "lis" et d'un papyrus.
Les deux yeux Oudjat pourraient représenter le soleil et la lune.
Les grappes de raisin font allusion au rôle primitif d'Osiris, dieu de l'agriculture.
Puis des offrandes : Canard, bouquet, cruches et laitues montées en graines.
Derrière, Anubis mène le défunt vers Osiris.
Un des murs avec cintre, celui de droite en entrant.
Des babouins Hamadryas acclament la barque de Rê.
Juste devant Rê, objet étrange porte un couteau. Il pourrait s'agir de la canne de heh, symbole d'éternité.
Sur la proue se trouve aussi une hirondelle.

Scènes du bas, le début des "champs des offrandes ou champs de la paix" (chapitre 110 du LdM).
Le défunt est dans le désert (il est agenouillé sur le signe du sable), il prie Rê, Osiris et Ptah.
Le personnage sur sa barque matérialise le souhait du défunt de naviguer sur les canaux dans les champs d'offrandes ("campagnes de hetep", ou hotep).
"Je fais dans les champs de hetep tout ce que j'ai envie de faire".

Ensuite, une scène d'ouverture de la bouche.

Voici les champs d'Ialou (ou Iarou).

Dans la conception égyptienne, ne passent dans l'autre monde que ceux qui ont oeuvré pour la Maât dans le monde terrestre.
Et dans le monde des dieux, ils vont continuer à participer à l'équilibre de la création, de façon immatérielle.

Les travaux des champs ne constituent qu'une image. Il ne faut pas en conclure que l'autre monde ressemble à la campagne. 
D'ailleurs, le défunt et son épouse ont revêtu leurs plus beaux atours, peu propices aux tâches agricoles.
On ne peut pas évoquer la consistance des travaux mystiques de l'au-delà, on utilise donc une image.

Pour Isabelle Franco, les champs d'Ialou, champs des roseaux, champs des souchets, champs des guérets "sont peut-être la description d'une Egypte mythique, préhistorique, allusion à l'état marécageux des rives du Nil lorsque les hommes commencèrent à s'y installer et qu'ils transformèrent peu à peu ces étendues de roseaux en terrains agricoles".
Voici les scènes sur le mur où se trouve l'entrée, tout de suite à gauche.

Isis  et Nephthys veillent sur la momie d'Osiris. 
En dessous, pseudo-banquet où personne ne mange.
Présentation d'une voile de navire en miniature, représentant le souffle du nord.
Une autre personne accomplit un geste de libation.
Cela correspond au souhait de ne jamais manquer d'eau ni d'air dans l'autre monde : par exemple, chapitre 54 du LdM "formule pour donner le souffle dans le Neter Khert". 

Remarquons que cette momie fait face à l'autre, sur le mur opposé.
Isis et Nephthys protègent l'osiris Sennedjem comme elles protègent Osiris lui-même (chapitre 17 du LdM).

A droite en entrant, scène de prière devant 10 génies avec des couteaux et scène de banquet (pas de photo).

L'autre mur cintré, au fond à gauche en entrant.
2 Anubis assis sur la représentation de la tombe.
Anubis n'est pas seulement le gardien de la nécropole.
Il représente aussi une phase de transformation du défunt.
Osiris représente le début du processus, Anubis la fin, juste avant la sortie au jour.

Les symbôles de pérennité et de purification sont nombreux : yeux Oudjat, vase de libation, signe Chen, lotus.

La voûte.
Les caissons Sud traitent d'invocations solaires et terrestres.
Les caissons Nord abordent la destinée future de Sennedjem.

Commençons au Sud.
Le soleil apparait à l'horizon entre 2 sycomores de turquoise.
Puis viennent un petit veau "à la bouche de lait", que la grande vache celeste vient de mettre au monde et le grand faucon solaire.

Il manque une scène non photographiée d'adoration de 3 dieux.
Ce rectangle est partagé en deux:
En haut, un personnage dans le ciel.
En bas, un serpent sur le signe de l'horizon, représentant la terre.
Enfin, nouvelle adoration de 3 dieux.
Celui à tête de chien est peut-être Baba (ou Bebon).
Les caissons au Nord maintenant.
Ce truc étrange est une porte que Sennedjem s'apprête à franchir.
Barque solaire avec l'oiseau Benou, Rê Horakhty et 4 autres divinités. 
Véneration de dieux seigneurs du ciel nocturne.
Le cycle lunaire est aussi évoqué :  le disque en haut du cliché est un disque lunaire.
La déesse arbre offre du pain et de l'eau à Sennedjem et à sa femme.
"Boire de l'eau dans la nécropole" est le souhait de tout défunt.
L'arbre procure de l'ombre, appréciable dans un pays chaud.
La déesse du sycomore se retrouve dans plusieurs chapitres du Livre des Morts.

Pour finir, un oushebti de Sennedjem, trouvé dans sa tombe et exposé au musée des beaux arts de Vienne.

 


 
 
Copyright Alain Guilleux. Les textes et photographies présents sur ce site sont la propriété exclusive de leur auteur.
Aucun texte ou photographie ne peut être reproduit, modifié, diffusé sans autorisation préalable.
Toute fraude ou abus sera facturé avec majoration, conformément aux mentions légales et conditions générales de vente.